Juillet 2019, le taux moyen du prêt immobilier est tombé jusqu’à 1,2%. A la même époque l’année précédente, il était encore à 1,44% et à 1,51% l’année d’avant. Théoriquement, c’est une véritable aubaine pour les emprunteurs qui voient le coût global du crédit immobilier baisser de plusieurs milliers d’€. La réalité n’est pourtant pas aussi simple comme nous allons vous l’expliquer.

Qui dit baisse des taux dit hausse de la demande

Le fonctionnement du marché est simple, les prix augmentent au fur et à mesure que la demande croît. Avec des taux particulièrement bas, le nombre des emprunteurs ont augmenté d’environ 3%. La demande en bien immobilier augmente par la même occasion. Cette situation se répercute immédiatement sur le marché immobilier qui enregistre aussi tôt une hausse moyenne de 3% sur les prix de vente. La hausse atteint même 4,5% en un an en ce qui concerne la vente d’appartement. Les emprunteurs doivent alors emprunter plus et plus longtemps, ce qui revient pratiquement au même, sinon plus cher.

Qui dit taux bas dit moins de prise de risque

Une baisse des taux emportent également quelques conséquences sur le comportement des banques et établissements de crédit. Des taux plus bas permettent de couvrir moins de risque. Les premiers perdants sont les travailleurs en situation précaire. CDD, indépendants, auto entrepreneurs sont majoritairement exclus du crédit pour cause d’insuffisance de garantie. Seuls ceux qui proposent un apport personnel conséquent peuvent encore espérer obtenir un prêt immobilier.

Qui dit taux bas dit de nouvelles conditions

Afin de maintenir leur marge bénéficiaire, les prêteurs usent souvent de manœuvre des moins catholiques pour garder leur niveau de profit. L’une d’elle est d’obliger l’emprunteur à souscrire l’assurance de groupe. Bien que la législation actuelle permette à l’emprunteur de recourir à une délégation d’assurance, les banques prêteuses lui imposent des conditions strictes afin de restreindre ce droit. Les exigences sont revues à la hausse lorsque l’emprunteur présente un contrat d’assurance externe. Les menaces de révision du contrat de crédit sont monnaies courantes pour décourager les emprunteurs à s’adresser à d’autres assureurs. Pourtant, l’assurance de groupe, pour un prêt de 250000€ sur 20ans coûte en moyenne 36000€ à l’emprunteur contre seulement 13000€ avec une délégation d’assurance.

D’autre part, avec l’accroissement des demandes de crédit, le délai de traitement des dossiers, lui aussi, augmente. De 45 jours en moyenne, il est passé à 60. Au final, à qui profite réellement la baisse importante du taux immobilier ? Les emprunteurs voient le prix de l’immobilier s’envoler. Les conditions d’accès au crédit deviennent de plus en plus strictes. Le crédit devient carrément inaccessible pour une grande partie des emprunteurs. A croire que ce sont uniquement les mieux lotis qui sont les mieux garnis. La baisse des taux ne profitera réellement au grand public que si elle s’accompagne de mesures d’adaptation de la part des prêteurs. L’espoir fait vivre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *